Le portrait

Sylvia et Vincent

sylviavincent

« Il y a des personnes dans leur travail qui préfèrent aller au bureau et faire les mêmes horaires tous les jours. Moi, je préfère quand il y a des déplacements et qu’il n’y a pas deux semaines qui se ressemblent. » Sylvia, 42 ans et mère de deux enfants, définit très précisément son métier de vélotypiste : « Après dix-huit ans chez Système Risp, je ne suis toujours pas lassée, j’apprends toujours beaucoup avec le public que je rencontre ». Suite à un bac littéraire, c’est en Bretagne que Sylvia a obtenu un BTS commerce international, puis un BTS action co au Mans avant de gérer un supermarché. Mais elle a finalement tout lâché pour s’installer à Caen et rejoindre Système Risp.

Comme Vincent qui a quitté Rouen après deux ans d’études en philosophie et deux ans de conservatoire en piano et en musiques actuelle. Vincent, qui a 29 ans, a commencé sa formation de vélotypiste en novembre 2010. Il est arrivé chez Système Risp en novembre 2011 et, un an plus tard, signait un CDI. Il cherchait « un métier utile, qui serve concrètement aux autres, avec un contact humain ».

De tout repos, le métier de vélotypiste ? « C’est aussi un métier très accaparant et très mobilisateur du point de vue énergie » selon Sylvia. « Il y a beaucoup de déplacements, ce n’est pas facile à gérer dans une vie quotidienne ». Vincent confirme : « Je recherchais un métier qui me fasse utiliser à la fois mon cerveau et mes mains, un côté « intellectuel » et un côté plus physique, et c’est bien le cas ! ». À chacun son remède pour décompresser : Vincent, qui aime les sports de glisse, pratique le Stand-up paddle (grande planche de surf avec pagaie), et pour Sylvia, il est « vital de s’échapper pour ses trois heures de sport hebdomadaires et relâcher la pression ».