Focus sur

Vélotypiste : définition du métier et déontologie

main-sur-velotypeLes vélotypistes assurent l’accessibilité de toute communication orale par transcription de la parole en temps réel, permettant notamment aux publics de personnes sourdes ou malentendantes et à leurs interlocuteurs d’échanger en toute indépendance.

Les vélotypistes sont dûment formés selon un code déontologique qui s’articule autour de trois piliers : confidentialité, fidélité et neutralité.

Confidentialité : Les vélotypistes sont tenus au secret professionnel dans l’exercice de leur profession. Si nécessaire, le partage du secret ne peut se faire qu’entre vélotypistes intervenant sur une même prestation. Le fichier numérique du texte saisi en temps réel au cours de la prestation est détruit après avoir été restitué au commanditaire.

Fidélité : Les vélotypistes ont pour mission de retranscrire tous les échanges en direct. Lorsqu’une reformulation est nécessaire, ils sont tenus de restituer les messages sans en dénaturer le sens.

Neutralité : Les vélotypistes n’interviennent pas dans les échanges, leurs opinions et sentiments personnels ne doivent pas paraître dans la transcription.

IMG_5979

L'évènement

Le salon Pass pour l’emploi

sg

Comme chaque année, la Société générale tenait son salon Pass pour l’emploi sous un immense chapiteau, sur le parvis de la Défense, à l’ouest de Paris, c’était le 19 mars dernier. Plus de 2000 candidats se sont déplacés pour rencontrer une quarantaine d’entreprises sur leur stand.

La Société générale a naturellement fait le choix d’une accessibilité complète de son événement. Sous-titrage simultané des conférences, boucles magnétiques et interprètes en Langue des Signes Française étaient prévus pour que les candidats sourds ou malentendants puissent participer au salon et faire valoir leurs compétences en toute autonomie.

Aux côtés d’Aditevent, plateforme mutli-services d’accessibilité évènementielle, Système Risp a assuré la transcription écrite simultanée des conférences. Cette année, c’est Lauriane Lecapitaine qui était aux manettes du Velotype.

Le portrait

Sylvia et Vincent

sylviavincent

« Il y a des personnes dans leur travail qui préfèrent aller au bureau et faire les mêmes horaires tous les jours. Moi, je préfère quand il y a des déplacements et qu’il n’y a pas deux semaines qui se ressemblent. » Sylvia, 42 ans et mère de deux enfants, définit très précisément son métier de vélotypiste : « Après dix-huit ans chez Système Risp, je ne suis toujours pas lassée, j’apprends toujours beaucoup avec le public que je rencontre ». Suite à un bac littéraire, c’est en Bretagne que Sylvia a obtenu un BTS commerce international, puis un BTS action co au Mans avant de gérer un supermarché. Mais elle a finalement tout lâché pour s’installer à Caen et rejoindre Système Risp.

Comme Vincent qui a quitté Rouen après deux ans d’études en philosophie et deux ans de conservatoire en piano et en musiques actuelle. Vincent, qui a 29 ans, a commencé sa formation de vélotypiste en novembre 2010. Il est arrivé chez Système Risp en novembre 2011 et, un an plus tard, signait un CDI. Il cherchait « un métier utile, qui serve concrètement aux autres, avec un contact humain ».

De tout repos, le métier de vélotypiste ? « C’est aussi un métier très accaparant et très mobilisateur du point de vue énergie » selon Sylvia. « Il y a beaucoup de déplacements, ce n’est pas facile à gérer dans une vie quotidienne ». Vincent confirme : « Je recherchais un métier qui me fasse utiliser à la fois mon cerveau et mes mains, un côté « intellectuel » et un côté plus physique, et c’est bien le cas ! ». À chacun son remède pour décompresser : Vincent, qui aime les sports de glisse, pratique le Stand-up paddle (grande planche de surf avec pagaie), et pour Sylvia, il est « vital de s’échapper pour ses trois heures de sport hebdomadaires et relâcher la pression ».

 

Focus sur

Le sous-titrage dans l’enseignement supérieur

scpo

Une des conditions de l’autonomie des personnes handicapées est leur accès à l’enseignement supérieur. Sciences Po Paris l’a compris très tôt et a fait le pari de l’accessibilité.

Alors que les étudiants sourds témoignent régulièrement de leur galère pendant leurs années d’études, Sciences Po Paris a fait le choix inédit de faire sous-titrer en temps réel des cours magistraux délivrés dans son célèbre amphi Boutmy. Finances publiques, droit public européen, économie approfondie, questions sociales, droit des sociétés, stratégie de l’entreprise : ce sont autant de cours qui ont été rendus accessibles aux étudiants sourds, mais pas seulement, puisque Sciences Po Paris accueille aussi de très nombreux étudiants originaires d’universités étrangères.

C’est la vélotypie de Système Risp qui été retenue pour concrétiser cet engagement. Cette innovation ne s’arrête pas aux enseignements et à leur diffusion en ligne : le dernier débat entre les candidats aux élections étudiantes de Sciences Po Paris était, lui aussi, accessible par vélotypie !

Retrouvez les engagements de Sciences Po accessible sur : http://www.sciencespo.fr/ressources-numeriques/content/la-lettre-dengagement-sciences-po-accessible

Accessibilité

C’est bientôt l’été !

Coup de cœur de Système Risp pour les Eurockéennes de Belfort qui ont développé une stratégie d’accessibilité particulièrement performante et régulièrement primée. Du 3 au 5 juillet, à Belfort (91) http://www.eurockeennes.fr

L’ouest de la France n’est pas en reste puisque la Mayenne accueille le 16ème festival Au foin de la rue, à Saint-Denis-de-Gastine (53) les 3 et 4 juillet, lui aussi particulièrement accessible : http://www.aufoindelarue.com

Agenda

Risp y était et y sera

 

  • 10 février 2015 : Colloque du FIPHFP à la Bibliothèque Nationale de France
  • 12 mars 2015 : Journée nationale de l’audition à Paris
  • 19 mars 2015 : Salon Pass pour l’emploi de la Société générale sur le parvis de la Défense (92)
  • 21 mars 2015 : Journée d’études de l’ALPC à Paris
  • 27 mars 2015 : Colloque de l’Institut National des Jeunes Sourds de Gradignan (33)
  • 11 avril 2015 : Colloque de Femmes pour le dire, femmes pour agir, à Paris
  • 13 avril 2015 : Rencontres professionnelles de l’orientation des jeunes handicapés au CIDJ de Paris
  • 19 mai 2015 : 5ème cérémonie des trophées de l’accessibilité à Paris
  • 20 mai 2015 : 6ème édition des Lauréats du CCAH à Paris
  • 5-7 juin 2015 : 77ème congrès du Parti socialiste à Poitiers (86)
  • 11-13 juin 2015 : 41ème congrès de la Mutualité française à Nantes (44)

La rencontre

Emmanuelle Aboaf

Emmanuelle AboafEmmanuelle Aboaf est une militante bien connue des associations de personnes sourdes ou malentendantes. Seulement trentenaire, Emmanuelle s’est impliquée simultanément dans plusieurs organisations, dont l’AFIDEO et l’ALPC. Tout en prônant le respect de la diversité des modes de communication des personnes sourdes, elle s’est très vite engagée pour le développement d’une accessibilité à la hauteur des besoins et des attentes de ses partenaires associatifs. Téléphonie, cinéma, télévision, enseignement supérieur, emploi, les sujets ne manquent pas !

Le cinéma, justement, est devenu le cheval de bataille d’Emmanuelle pour que les films français soient diffusés avec le sous-titrage dès leur sortie en salle. Le combat était loin d’être gagné, tant les résistances étaient fortes. Mais grâce à sa détermination et au site internet qu’elle a ouvert avec une amie pour répertorier, chaque semaine, les séances sous-titrées des films français sur tout le territoire, une véritable dynamique s’est engagée en France.

Emmanuelle est également une grande consommatrice de vélotypie. “Dans de nombreuses situations, c’est la vélotypie qui me permet de participer pleinement à une réunion ou un évènement” nous confie-t-elle. Ses deux meilleurs souvenirs : la fête place de la Bastille à Paris le soir de l’élection du président du République, puisqu’elle était entièrement sous-titrée sur des grands écrans, et Paris Web, une grande conférence consacrée au web qu’elle suit avec assiduité chaque année. “Pour moi, la vélotypie est de loin le système le plus performant de sous-titrage en direct” conclut Emmanuelle.

Retrouvez les séances de cinéma en VFST (version française sous-titrée) sur : www.cinest.fr